samedi 12 septembre 2009

Poéme pour Ahlem

18.
Sur l’avenue, à la table de l’Univers s’assied
La femme crue aux bras charnus
Détournant l’arc-en-ciel sur la ligne de crête
Elle traite
Des nuits fauves et de tous les vomito blanco
L’homme qui se lève et paye son café
Ne la rhabille point avant de s’en aller


Extrait de "Chapelet"

2 commentaires:

hadrien a dit…

Sublime!

Nadja a dit…

Oui le sublime de l'horreur!